« À vos marques, prêts, potagez ! »

Vous souhaitez depuis un moment démarrer votre potager biologique mais impossible de savoir par où commencer ? Pour vous, potager rime avec difficulté et non pas avec plaisir et productivité ?

1. Ce qu’il vous faut pour débuter : un morceau de terre !

Pour déterminer l’emplacement de votre futur potager dans des conditions optimales, plusieurs éléments sont tout d’abord à prendre en compte.

La terre doit être fertile

  • Évitez les sols très secs, caillouteux ou encore sableux.
  • La couleur de votre sol doit être noire ou marron, et non pas orangée. Si c’est le cas, pas de panique, vous pourrez toujours déposer une bonne couche de terre fertile sur votre sol.

La terre doit être bien exposée

  • Favorisez un emplacement orienté Sud ou Sud-Est et oubliez une exposition plein Nord où votre potager ne verra pas les rayons du soleil.
  • Évitez un endroit trop exposé au vent. Si vous n’avez pas le choix, vous aurez la possibilité de protéger le tout en installant des haies brise-vent.
  • Pensez à son accessibilité pour ne pas vous compliquer la tâche lors de l’entretien.

Si vous optez pour un petit potager pour débuter, 1 à 2 mètres carrés peuvent être amplement suffisants. En revanche, si vous souhaitez nourrir plusieurs personnes tout au long de l’année, les dimensions et l’emplacements ne seront pas les mêmes. Il faudra en effet compter une parcelle de 10 m de côté dans ce cas là et bien penser à réaliser une allée de 1,50 mètres de large minimum qui mènera à votre potager – cette dernière étant nécessaire pour passer avec votre brouette par exemple. L’accès ou l’arrivée d’eau sera également un élément à prendre en compte pour que vous ne vous retrouviez pas noyé sous le travail !

2. Une fois votre emplacement choisi, place à la préparation du morceau de terre

La préparation de votre terrain sera différente selon l’époque de l’année dans laquelle vous vous trouverez. Dans les deux cas, si votre sol est plein d’herbe, de mauvaises herbes, ou de gazon, cela ne veut pas dire que tout est perdu.

  • Si c’est le printemps, il est temps de désherber. En effet, c’est au mois de mars que les mauvaises herbes commencent à pousser.

​Armez vous donc d’une binette aiguisée et travaillez en douceur.
Une petite astuce pour encore moins faire d’efforts : il est préférable de désherber par temps sec mais lorsque la terre est assez humide car les racines s’arracheront plus simplement. De la même manière, plus vous irez doucement, plus vous serez précis et plus il vous sera facile d’enlever les mauvaises herbes et de les déraciner. Arrêtez-vous avant de jeter ces dernières car elles seront en effet très utiles pour votre futur compost !

  • Si c’est l’automne, « les feuilles mortes se ramassent à la pelle ». Récupérez tout simplement des feuilles mortes pour recouvrir le morceau de terre que vous avez choisi. Ces dernières vont se dégrader petit à petit grâce à la faune et les champignons et permettront ainsi au sol de s’ameublir et de s’enrichir naturellement à la fin de l’hiver.

​Chaque année en automne il faudra ensuite renouveler des apports organiques à partir de compost et de fertilisants afin d’assurer une bonne production dans votre potager.

3. Il est maintenant temps de semer les graines

Selon les goûts et les couleurs, à vous de choisir bien entendu les légumes que vous aimez ! Il faut néanmoins avoir en tête qu’il y a un moment pour tout et qu’il est préférable de semer, planter et récolter les légumes de votre potager selon un calendrier de culture et selon des associations de plantes spécifiques.

Voici quelques idées simples pour débuter un petit potager :

  • des tomates (éviter l’association avec choux, fenouil, maïs)
  • du basilic
  • des radis (éviter l’association avec les pommes de terre)
  • des laitues
  • de la ciboulette

​Plantez des plants de tomates en ligne espacés de 50 cm minimum. Plantez vos godets de basilic entre les plants de tomates car celui-ci prévient la maladie du mildiou qui est très courante pour les tomates. Semez vos rangs de graines de radis en les espaçant de 5 à 7 cm sur la ligne. Faites la même chose pour les graines de laitues avec 30 cm de distance entre elles, puis enfin, semez les rangs de ciboulette.

Voici également quelques idées de légumes selon l’exposition de votre terrain :

  • Mi-ombre : chou-fleur, ciboulette, laitue batavia, menthe, navet, persil…
  • Plein soleil : aubergines, melons, piments, tomates…

​Vous pourrez bien entendu compléter votre potager au fur et à mesure des mois et des années selon l’expérience acquise et le composer selon votre envie ainsi que selon l’espace et le temps dont vous disposerez.

Réaliser son potager en pot
Le geste de base du mois : la plantation