Le geste de base du mois : la plantation

De l’apprentissage à la maîtrise du jardinage il n’y a qu’un pas ! Si les techniques qui lui sont propres peuvent paraître difficiles à assimiler au premier abord pour le débutant, en réalité il en faut peu pour devenir un heureux expert du jardinage.


Réaliser une bonne plantation de végétal en godets ou conteneurs

  • Baigner les plantes dans un récipient d’eau, de type bassine, pendant dix minutes environ.
  • Creuser un trou d’environ deux fois la taille de la motte. Pour creuser les trous correctement, équipez vous des bons outils : munissez-vous d’une bêche ou d’un transplantoir.
  • Retirer le végétal de son pot et démêler doucement les racines de la plante avec vos doigts.
  • Déposer la motte dans le trou creusé en veillant à ce qu’elle affleure au niveau du sol.
  • Ajouter un peu de terreau puis reboucher le trou avec la terre dans laquelle il a été creusé.
  • Arroser de façon abondante après avoir délicatement tassé la terre.

Ces plantes élevées en godets ou en conteneurs peuvent être plantées toute l’année, en dehors des périodes de gel.

Réaliser une bonne plantation d’arbre et d’arbuste

  • Commencer par désherber l’endroit choisi pour planter.
  • Creuser un trou dont le diamètre et la profondeur varieront selon le type de plantation : pour un arbre, creuser de 1 mètre de diamètre et 80 cm de profondeur ; pour un arbuste, 60 cm de côté et 50 cm de profondeur et 40 cm pour un rosier.
  • Émietter la terre dans laquelle le trou a été creusé : enlever tous les bouts de racines, cailloux et autres débris.
  • Retirer doucement la plante de son pot pour la mettre en terre puis griffer les racines puis passer délicatement la lame d’un sécateur pour les délier.
  • Tremper les mottes des plantes dans l’eau jusqu’à ce qu’aucune bulle d’air ne soit produite.
  • Tailler les plus grandes branches d’un tiers environ et couper les pousses en surabondance.
  • Installer un tuteur planté dans le sol pour permettre de maintenir le jeune arbre si la taille de celui-ci est supérieure à 1 m ou si c’est un conifère. Il faut attendre 2 jours après la plantation pour attacher le tronc au tuteur ! Attention à ne pas trop serrer et à utiliser un lien souple.
  • Recouvrir le trou avec la terre émiettée précédemment jusqu’à ce qu’un petit dôme se forme. Les racines doivent être placées de manière naturelle et le tronc doit être installé bien droit. Veiller à ne pas laisser d’air entre les racines en comblant bien les trous autour de ces dernières avec la terre. Pour finir, tasser le tout, sans pour autant comprimer le sol.
  • Arroser abondamment le sol, après avoir creusé une petite cuvette au pied de la plantation : il faut 10 litres minimum pour un arbuste et un rosier et 20 litres pour un arbre.

Réaliser une bonne plantation d’un rosier à racines nues

Pour toute plante présentée à racines nues, comme les rosiers, les pivoines ou autres arbres fruitiers, il faut attendre la période dite de dormance pour la mise en place, ainsi :

  • Planter avant que les bourgeons ne se développent ! Avant de planter, veiller à ce que les racines ne soient pas trop sèches, sinon baigner le rosier dans de l’eau une nuit durant.
  • Creuser un trou et bonifier la terre – notamment avec un bon terreau.
  • Enduire les racines du rosier (la partie souterraine jusqu’au collet compris) de pralin, boue fertilisante composée d’un mélange de terre et d’engrais favorisant la croissance des radicelles. Faire en sorte de supprimer les racines s’étant formées au niveau du bourrelet de greffe.
  • Arroser puis pailler le pied.

Pour ne plus avoir de problèmes dans votre plantation, trois petites astuces complémentaires

  • Toujours anticiper la croissance de vos jeunes plantes et bien espacer les plants.
  • Toujours arroser abondamment en ayant en tête la quantité de racines.
  • Toujours planter hors période de gel et si possible par temps brumeux.
« À vos marques, prêts, potagez ! »
Réaliser son potager en pot