Minou et Médor, les meilleurs ennemis de votre pelouse ?

Certes, vous adorez vos animaux domestiques, et ils vous le rendent bien. Mais ne seraient-ils pas des vrais ravageurs pour votre carré de gazon, votre massif de vivaces ou encore vos rangées de salade ? On vous explique pourquoi, comment limiter les dégâts.

Le chat au jardin

Quoi de plus mignon qu’un chaton qui chasse maladroitement un papillon ? Un chat qui somnole sur un banc de jardin au soleil ? Avouons-le, le chat est un bel élément de décor dans un jardin. Animal territorial, il se plaît dans un espace clos « à lui » dont il se fera un plaisir de déloger les importuns chiens et félins.

Vous pouvez le mettre au comble de la félicité en optant pour des jeunes pousses de graminées, qu’il grignotera pour se purger, mais aussi la Cataire. Elle agit comme une drogue pour votre félin, qui roulera dessus de plaisir.

Ce tableau idyllique, il va bien falloir le noircir un peu.

Le caïd du quartier

On a évoqué son rôle de gardien de jardin. Malheureusement, cela implique beaucoup de miaulement et feulements. De même, en période de chaleurs, votre jardin risque de ressembler à un hall de gare : cela va se bousculer sous vos fenêtres. Malheureusement, attendez-vous, avec un trafic plus élevé, à retrouver nombre de vos plantes mâchonnées, des troncs griffés.

Serial Killer

Son chat adorait rapporter toutes les prises de sa nuit, avec fierté. On avoue que se retrouver au petit déjeuner devant une musaraigne ou un moineau morts n’a jamais ravie, mais cela n’entachait pas l’enthousiasme chasseur de son animal. Les chats chassent par instinct, non par faim. Jouer avec une proie vivante décuple leur plaisir. Bref, attirer les oiseaux du jardin avec une mangeoire, c’est bien, en faire un terrain de chasse pour votre matou préféré c’est douteux…

Scato, mais pas trop

Votre chat, animal propre s’il en est, se fera un plaisir de creuser pour cacher ses excréments. Et en creusant, nombre de racines ou jeunes plants peuvent être abîmés. De plus, comme chacun le sait, le pipi de chat ne sent pas la rose… Pour le détourner de ses sales habitudes, soit vous sacrifiez à la litière à l’abri, soit vous suivez nos conseils plus bas.

Alors, comment faire ?

Répondons point par point à ces désagréments.

Police des frontières

Pour le premier, à part la castration, on ne peut pas trop donner de conseil. Pour éviter que les greffiers ne se rendent dans un endroit plus fragile, il y a évidemment les filets protecteurs. Arroser le jardin le soir peut aussi aider, votre animal ne supportant que difficilement la marche sur une terre humide et collante.

Brigade anti chasse

​Côté chasse et pêche, une bonne alternative serait de lui mettre une clochette autour du cou. Certes, cela risque de le rendre malheureux, mais vous n’êtes pas obligés de lui mettre en permanence. Et pour ne pas risquer l’attaque en règle de vos chevilles, parcourez la toile à la recherche de jeux pour chats… cela lui permettra de se défouler sans massacrer la faune locale !

Les grandes manœuvres

Votre rangée de carottes est ruinée ? Votre chat s’attaque systématiquement à votre plante préférée ? Il existe des répulsifs. Certains sont des décoctions naturelles, à base de piment ou citron, qui éloigneront temporairement le fauteur de troubles. Autre idée, plus technologique, la production d’ultra-sons. Sans danger pour l’animal, il l’éloignera durablement des lieux.

Côté chien

Ah, jouer avec Médor le labrador à la balle sur une pelouse sans défauts ! Le laisser baguenauder, truffe au vent, entre les bordures de buis ! A condition d’avoir de l’espace, un chien sera le plus heureux des animaux dans un jardin. Pourtant, les similitudes avec son ennemi félin sont nombreuses : il saura ruiner le massif le plus harmonieux en deux temps trois mouvements, aboiera et poursuivra lapins et souris égarés, et il sait creuser des trous comme personne. Par ailleurs, son urine brûle la pelouse assez efficacement. Là encore, les ultra-sons sont une solution pérenne. Il existe même des dispositifs anti aboiement, à utiliser avec précaution quand même. On avoue que ne pas entendre le gros aboiement de Médor manquerait…

Avec quelques aménagements, vos animaux domestiques n’apporteront que des avantages à votre jardin. Et la cohabitation avec les oiseaux, rongeurs et autre hanneton serait un peu plus sereine !

« À vos marques, prêts, potagez ! »
Réaliser son potager en pot