Pour que désherber ne soit plus une corvée

Le désherbage est essentiel au bien-être du jardin ! Apprenez à aimer et bien désherber en quelques clés…

Quand désherber ?

Pour vous épargner un travail trop contraignant en été, mieux ne vaut pas s’y prendre au dernier moment !
Ainsi en commençant à désherber au mois de mars, vous empêcherez les racines des mauvaises herbes de trop se développer ainsi que – et surtout – leur montée en graines. Laissez les mauvaises herbes prendre un peu de soleil avant de les éliminer. Dès qu’elles sont saisissables, optez pour un jour sec pour ratisser et désherber car, une fois arrachées, elles ne se réenracineront pas.

Il est également préférable de faire ce travail en lune descendante.

Comment désherber ?

Il y a deux types de mauvaises herbes à éliminer :

  • Les annuelles : pour les éliminer, il suffit de les arracher sans effort ou de donner un petit coup de binette et de les couper à ras du collet. Les annuelles sont des mauvaises herbes comme les mourons, les chénopodes, les amarantes…
  • Les vivaces : contrairement aux annuelles, il faut absolument arracher la racine correctement, jusqu’au bout et sans la casser pour ne pas qu’elle repousse. Pour cela, vous pourrez utiliser un couteau désherbeur ou une binette. Quelques exemples de mauvaises herbes vivaces : les pissenlits, les orties, les renoncules rampantes, le chiendent…

​Apprenez à aimer les orties : elles sont un engrais liquide parfait pour vos plantes une fois transformées en purin !

Faire un paillis

Une fois un premier désherbage réalisé et pour éviter que les mauvaises herbes ne se développent et prolifèrent autour de vos arbres, de vos haies et dans vos massifs, il est essentiel de ne pas laisser votre terre « nue » : ayez recours à la technique du paillis !

Cette dernière consiste à recouvrir votre sol, potager etc. d’une couche homogène de végétaux en décomposition. Il sera aussi bien constitué de feuilles mortes, que de tontes de gazon séché, de paille ou de branchages broyés, d’écorces de pin, de compost mi- mûr etc. Privilégiez des végétaux fins pour déposer aux pieds des plantes herbacées et des matériaux plus grossiers pour les massifs d’arbustes. Les écorces, quant à elles, sont le plus efficaces dans les chemins si l’épaisseur de la couche est de 5-10 cm minimum.

Le paillage limitera l’évaporation de l’eau, permettra de protéger la structure de votre sol et les végétaux en décomposition se transformeront en humus !

Le faux semis

Vous avez une grande surface comme une pelouse à refaire ? La solution est de pratiquer un faux semis. Au mois d’avril de préférence, il vous suffit dans un premier temps d’arracher les vivaces. Ensuite, préparez votre sol comme si vous alliez semer mais attendez quelques semaines (environ 2 selon les conditions).

Les graines des mauvaises herbes auront ainsi germé et en un coup de binette, leur sort sera réglé !

Avec quels outils désherber ?

  • La binette : elle est pratique pour passer entre les rangs de légumes de votre potager et peut travailler jusqu’à 4-5 cm de profondeur.
  • La ratissoire à pousser : avec ses côtés tranchants, elle est parfaite pour les surfaces dures et mi-dures comme les allées en terre. Il faut la pousser sur toute la longueur des rangs ou faire des allers retours.
  • Le grattoir : aussi appelé « sarcloir », il s’utilise facilement dans les gravillons. À utiliser pour le désherbage des mauvaises herbes annuelles ou pour les dessous des haies.
  • Le griffe grattoir : utilisez cet outil très maniable et pratique pour sectionner les annuelles dans les massifs.
  • Le couteau désherbeur ou la gouge : comme vu précédemment, cet outil est parfait pour désherber les vivaces ayant de longues racines.
  • Le désherbeur à deux dents : il pourra être utilisé pour faire levier sur les racines pivotantes présentes dans vos jardinières.
  • Astuce : si des mauvaises herbes subsistent entre vos dalles, versez un peu d’eau bouillante dessus pour y remédier !

​N’oubliez pas de conserver les mauvaises herbes non montées en graine pour les utiliser dans votre compost ou pour en faire un paillis !

Humidité stagnante et hiver, un bien mauvais ménage
L’élagage : le relooking des arbres